Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S'y habituer ?

Publié le par crise de trentenaire

S'y habituer ?

Comment s'habituer à l'horreur ? That is the question ?

 

Depuis un an et demi, la France sombre dans la terreur, à l'image du reste du monde. Nous ne sommes pas les seuls touchés par ces actes abjects mais même si les images d'attentats du monde entier me bouleversent, je suis touchée dans ma chair quand on touche à mon pays.

 

J'en ai marre de ne pas m'endormir les jours où nous sommes frappés, de me réveiller le lendemain avec une "gueule de bois" considérable, sous le choc !

J'en ai marre de changer mes photos de profil, je suis lasse d'être "je suis...", d'être confrontée à l'absurde, la violence, de devoir expliquer à mon fils de 5 ans l'inexplicable en tentant de trouver les mots justes.

 

Après les attentats du 13 novembre, il m'en a souvent reparlé, me demandant si des enfants avaient été touchés. Je l'ai rassuré comme j'ai pu en lui disant que seuls des adultes l'avaient été, parfois parents, mais que les enfants n'avaient pas été des "victimes directes".

 

Samedi, je n'ai pas réussi à lui dire que les enfants aussi été visés, je ne lui ai pas parlé du contexte, tellement il était réjoui la veille, d'aller voir le feu d'artifice avec son père, au bord d'une plage normande où nous étions en vacances.

 

Pourquoi doit-il avoir dans son vocabulaire depuis plusieurs mois le mot "attentat" ? Pourtant je dois m'habituer à cela et essayer de faire comme les enfants, avoir une capacité de résilience.

 

Comment s'habituer à l'absurde ? Cela débute par le massacre de personnes talentueuses qui tiennent des crayons, des personnes qui vont faire leur course dans un magasin conformément à leur religion, à des personnes qui savourent la vie en étant en terrasse, en assistant à un concert, pour finir (vraiment finir ?) par des familles, de tout pays, de toutes origines, qui vont observer un feu d'artifice, parce que c'est beau, parce que c'est notre fête nationale, tellement riche de symboles.

Je suis épuisée de me convaincre que cela ne modifiera pas ma façon de vivre, qu'ils ne m'auront pas comme cela ! Malheureusement, mes perspectives changent, pas vraiment pour ce qui me concerne, seule, mais surtout lorsque j'envisage de faire des activités avec mes fils.

Mon devoir de protection à leur égard est renforcé, ma vigilance est accrue.

 

Depuis un an et demi, je n'ai pas fondamentalement modifié ma façon de vivre, loin de là, je continue à profiter de l'instant présent, à faire des sorties avec mes amis, à aller à des concerts, à savourer les instants de futilités, néanmoins le cœur est lourd, il est pesant de plus en plus après chaque attaque.

 

Alors quelle recette pour lutter contre l'habitude ? VIVRE !

 

Avoir la nausée (oui c'est la vie aussi) à chaque prise de paroles stériles et haineuses, j'en profite pour remercier la classe (qui porte mal son nom) politique, pour les polémiques suscitées ces derniers jours alors même que toutes les victimes ne sont pas identifiées. J'ai bien envie de leur dire de fermer leur gueule, mais ce n'est pas très urbain ! Où est le respect et la dignité dans ces propos ?

Lorsqu'ils sont élus (parfois grâce à un front républicain, vite oublié !) n'ont-ils pas au moins ce devoir d'être exemplaire, de montrer le chemin de la solidarité et non de la désunion ?

Chacun est touché à sa façon, lors de ces événements tragiques, chacun peut ressentir de la colère, de la tristesse profonde, du dégoût... tout ça mélangé parfois, mais personne ne devrait s'ériger contre l'union nationale, parce que pour moi, c'est ce qui donne du sens à tout ce merdier.

Je veux me dire que face à l'absurdité, je veux croquer la vie à pleines dents, mais surtout je veux aimer le plus possible, me dire que notre société est certes perfectible (tu m'étonnes), mais qu'en vivant tous ensemble, en nous aimant davantage, cela peut tenir, cela fait barrière, à défaut de barrage, aux fanatiques.

 

Nous sommes, une fois de plus, en phase de deuil national, il dure 3 jours, mais en fait j'ai l'impression d'être en deuil national depuis le 7 janvier 2015. Toutefois je vis malgré ce sentiment, je ne suis pas en colère, je ne suis pas résignée, je veux résister contre les bassesses de mon esprit qui apparaissent parfois, je veux inculquer avec fierté à mes enfants, que leur liberté est ce qu'ils ont de plus cher au monde et qu'ils ne doivent jamais en douter.

 

Je ne peux leur dire de s'habituer à l'horreur, mais elle fait partie de leur vie, c'est une certitude maintenant, alors ensemble, main dans la main, nous continuerons à vivre, à nous aimer, à profiter et à être solidaires autant que possible avec ceux qui nous entourent.

 

Je finirai en pensant de manière émue aux victimes de Nice et d'ailleurs.

 

 

S'y habituer ?

Commenter cet article

Forty Beauty 31/08/2016 22:44

Je découvre à peine ton article, mais il dit tellement ce que je ressens encore maintenant, alors que le dernier attentat remonte à plus d'un mois.
Mais tu vois, maintenant, on compte ça en semaine, alors comme toi, j'ai la nausée.
Mais aussi l'espoir qu'on éradique le noyau du mal, et qu'on commence à s'intéresser aux racines de la radicalisation pour que, peut-être, tout cela finisse par s'arranger.
Bisous, et plein d'amour.

crise de trentenaire 07/09/2016 15:20

Je ne sais pas quoi ajouter à ton adorable commentaire mon petit trèfle à 4 feuilles.
Beaucoup de bisous et plein d'amour <3

Merci

Chiffons and co, blog Mode, Lifestyle, Voyage 23/07/2016 10:42

je suis épuisée aussi, mais avons-nous le choix? Bien obligé de continuer et quitte à le faire, autant essayer que ce soit du mieux possible, vu les circonstances et surtout pour nos enfants!

crise de trentenaire 24/07/2016 19:18

Effectivement dans la balance l'épuisement face à la volonté de résister pour notre liberté, je suis comme toi, je me bats. Mais j'ai l'impression qu'à chaque attaque, on atteint un peu plus mon espoir en l'humanité.
Je t'embrasse

MelodyMakeUpAddict 18/07/2016 20:15

C'est vraiment très triste tout ce qui nous arrive en ce moment...et je peux comprendre que ce soit encore plus dur à vivre en ayant un enfant..
Je t'envoie tout pleins d'ondes positives ma belle <3

crise de trentenaire 24/07/2016 19:14

Coucou Mélo, je ne pense pas que cela soit forcément plus dur lorsque l'on a des enfants. Les mots sont difficiles à trouver...
L'horreur nous frappe tous plus ou moins directement et il faut trouver son moyen de "résister" face à cela. Moi je continue d'espérer.
Bisous

Escarpins et Marmelade 18/07/2016 09:44

Mince, je ne sais pas si mon dernier commentaire est passé. Je t'avais écrit un roman. Bref, je résume en te disant que je suis comme toi et que je partage tes craintes quant à la banalisation de l'horreur. Je t'embrasse <3

crise de trentenaire 24/07/2016 19:12

Oh désolée ma belle mais ton commentaire fleuve n'a pas marché, apparemment (c'est chiant quand ça fait ça ^^)
Je t'embrasse et te remercie pour tes mots.

freyja 17/07/2016 23:03

coucou!
la situation actuelle est si délicate et nos politiciens sont pour moi pas du tout à la hauteur! ca m'attriste.
en vivant à Paris où le risque est à son plus haut, ca nous rappelle les horreurs du 13 nov, et ca me fend le coeur. jusqu'ou on ira comme ca?
pour moi je ne m'habituerais pas à ca, ils veulent qu'on s'habitue mais ce n'est pas une situation normale, dsl mais je m'habituerais pas à ces horreurs. S'habituer c'est en quelque sorte dire oui à ce que les drames continuent, que la guerre continue, et moi je dis nON!

soyons fort!
gros bisous et courage!

crise de trentenaire 24/07/2016 19:11

Coucou Caro, tu as raison, il faut refuser de s'y habituer, se battre pour notre liberté toujours, mais depuis plus d'un an, ces horreurs font partie de nos quotidiens !
J'espère que l'on arrivera à lutter contre et que l'on retrouvera ici et ailleurs une vie un peu plus paisible.

Gros bisous

Les Petits Bavardages de Magalie 17/07/2016 19:10

Même pas le temps de s'en remettre, et encore, faut-il le pouvoir ... que ça recommence.
C'est déjà difficile à accepter, mais là encore plus, c'est "chez moi" et ça a surtout touché des famille venues à la base pour admirer un spectacle et passer un bon moment. Heureusement, je n'ai pas eu de drame de mon côté, mais j'avoue que je redoute d'apprendre quelque chose de mauvais au boulot demain.
Comme tu le dis, c'est déplorable de voir les politiques se lancer la balle et s'accuser mutuellement parce qu'à la clé il y a des élections.
J'ai vraiment une grosse pensée pour les parents qui doivent expliquer ça à leurs enfants en âge de comprendre, plus ou moins et qui malheureusement vont devoir apprendre à vivre avec ça. C'est moche à dire mais on va devoir apprendre à vivre car ce n'est pas prêt de s'arrêter.
Alors certes, il faut garder espoir, garder le sourire, continuer à vivre, leur prouver qu'ils ne gagneront pas, mais ça devient de plus en plus difficile.
Des bisous et merci pour cet article qui réchauffe quand même le coeur !

crise de trentenaire 17/07/2016 21:32

Merci pour tes mots si justes qui m'ont beaucoup touchée. J'ai tout de suite pensé à toi jeudi soir quand j'ai vu les news. C'est terrifiant de se dire que cela peut frapper n'importe où, n'importe qui...
C'est dur de trouver les mots vis à vis des enfants, mais je n'ai presque plus besoin d'expliquer, tu dis "il y a eu un autre attentat" et il comprend l'idée générale de ce qu'il s'est passé. Ça me donne des frissons !
Je t'embrasse fort et prends bien soin de toi

mamancadeborde 17/07/2016 19:08

<3 <3 <3

crise de trentenaire 17/07/2016 21:28

Coeur sur toi et tes proches aussi ma Sèv
Bisous